témoignages





Isabelle L.
Début 2012, ma mère a déclaré une maladie d'Alzheimer. Elle vivait seule et la situation devenait difficile.
J'ai pris contact avec le CLIC et dans un premier temps nous avons mis en place des aides : une infirmière pour la toilette et les médicaments, et une auxiliaire de vie pour la préparation de ses repas et l'entretien de son logement. Ca n'a pas été simple car ma mère refusait toutes les propositions qui lui étaient faites...
Dans un second temps, le CLIC m'a aidé à instruire une demande de mise sous protection et depuis, c'est moi qui gère les biens de ma maman, je suis sa tutrice.
Parallèlement nous avons fait des demandes d'entrée en EHPAD et ma mère est entrée en maison médicalisée le 7 décembre 2013. Elle s'y habitue doucement...

Simone H.
Je vis avec mon mari depuis 52 ans, il a la maladie d'Alzheimer depuis 2 ans. Mes enfants ont leur vie, ils habitent loin, je ne veux pas les embêter avec ça. Je suis fatiguée, je ne peux pas le quitter une minute de peur qu’il fasse des bêtises, j'ai besoin de souffler.
Mon médecin m’a donné les coordonnées du CLIC Riv’âge et avec leur aide nous avons mis en place un accueil de jour, il y va deux fois par semaine de 9h à 17h. Je suis soulagée, « lui à l'air content », il fait des activités et moi j’en profite pour me relaxer.

Karim F.
J'ai contacté le CLIC Riv'âge pour avoir des informations sur le maintien à domicile de mon père. J'ai rencontré l'équipe dans leurs locaux. Au cours du rendez-vous, j'ai reçu tout un tas d'informations utiles (télé alarme, APA, CESU, repas, toilette..) ainsi que les dossiers à compléter pour effectuer ces démarches.
Quand j'ai besoin d’informations complémentaires, je les appelle.

Jacques D.
Mon petit fils d'Avignon se marie. J'aimerais assister à son mariage mais suite à un AVC ma femme est alitée jour et nuit et a besoin « d'aide » au quotidien.
Le CLIC Riv'âge qui connait déjà bien ma situation m’a trouvé une place en hébergement temporaire pour 4 jours. J'ai pu visiter sa chambre avant, je sais qu'elle sera bien, je pars rassuré.

Dabia S.
J’ai 90 ans, je vis seule depuis longtemps et je suis passée par une belle porte. Un soir en fermant la porte du jardin, je suis tombée à cause du tapis. Je n’ai pas pu me relever, j’ai passé la nuit à terre. Le lendemain matin, mon voisin a vu les volets fermés, il s’est inquiété. Comme il a les clés, il est entré et m’a relevé.
Mes enfants ont rencontré l’équipe du CLIC Riv’âge pour mettre en place une télé alarme et des aides à domicile. Ca me permet de rester chez moi encore quelques années.

Marie Thérèse D.
Mon mari s'occupait de tout, j'étais malade et me reposais entièrement sur lui. A son décès, j'étais complètement perdue, je n'avais plus le goût à rien, je me suis laissée aller et je n'ai pas su reprendre le dessus. Au bout de 4 ans, mes comptes étaient dans le rouge et l'état de ma maison était devenu catastrophique. Je m'en fichais !!!
Mes voisins ont alerté le CLIC. Au début j'ai refusé de les voir, j'étais méfiante. Ils n'ont pas abandonné, ils ont insisté régulièrement. Avec le temps, je leur ai fait confiance et j’ai accepté leur aide.
Aujourd’hui je vis toujours dans ma maison, elle a été débarrassée et rénovée. Mon auxiliaire de vie m'aide et m'accompagne pour aller au club des aînés. J'ai même appris à gérer mes comptes seule !